Ce qui ne nous tue pas d’Antoine Dole

ce-qui-ne-nous-tue-pasAge : 12 – 15 ans
Éditeur : Actes Sud Junior (2014)
120 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

amazon  chapitrepriceminister

 

Lola est en colère contre les profs, contre ses amis mais surtout contre ses parents qui divorcent dans les cris. Alors elle fugue. Elle se retrouve chez Simone, une vieille femme seule et un peu folle. Ensemble elles vont vivre quelques jours surréalistes, quelques jours qui permettront à Lola de faire dérouler le film des derniers événements pour ce réconcilier avec l’avenir…

Ce qui m’a le plus séduite dans Ce qui ne nous tue pas, c’est incontestablement le style d’écriture d’Antoine Dole. Abrupte, incisif et détaillé, il transforme le moindre sentiment en une écriture touchante et marquante. Beaucoup de phrases m’ont interpellée et surtout beaucoup méritent d’être soulignées, retenues, tellement elles sont percutantes et parlantes. Ce style très poétique d’Antoine Dole c’est pour moi la force de Ce qui ne nous tue pas, ce qui donne au texte son caractère unique et nous transporte tout au long d’un récit qui repose lui sur une histoire plus conventionnelle.
Ainsi, le lecteur suit le parcours de Lola, jeune collégienne confrontée au divorce brutal de ses parents, terriblement déçue et touchée par leur attitude. Elle est en colère et porte la rage dans tout son être.
Là encore, Antoine Dole sait manier les mots pour transmettre cette colère dans son livre.
Parce qu’elle n’en peut plus, Lola s’enfuit et échoue un peu par hasard chez Simone. Simone est une vieille dame, atteinte sans doute de maladie d’Azheimer, vivant dans une crasse repoussante. Mais sans doute parce qu’elle est seule comme elle, Lola décide de rester.
Dans Ce qui ne nous tue pas, Antoine Dole ne nous raconte pas une histoire linéaire mais prend plutôt le partie d’alterner un chapitre dans le présent (lorsque Lola est chez Simone) et raconté à la troisième personne, avec un chapitre dans le passé (la vie chez ses parents, au collège) et raconté à la première personne ( celle de Lola). C’est un choix que j’ai trouvé très intéressant, qui permet de tenir le lecteur en haleine et de percevoir autrement le conflit intérieur qui règne chez Lola. En effet, au départ on ne sait pas trop pourquoi elle a fui et au fur et à mesure tout s’éclaire. Cette alternance des chapitres est pour moi très bien vue.
Ce qui ne nous tue pas est un roman fort qui nous plonge avec justesse dans la tête et le parcours d’une jeune adolescente qui vit mal le divorce de ses parents et est aussi en situation de mal être. Cette rencontre avec Simone, ces quelques jours de fugue, hors du temps, permettent à la jeune fille de se réconcilier avec elle-même et les autres. Un très beau roman.

A propos d’Antoine Dole

Né en 1981, Antoine Dole vit entre Chambéry et Paris. Après un premier roman remarqué en 2008, Je reviens de mourir (Éditions Sarbacane, coll. Exprim), il publie Laisse brûler en mars 2010 dans la même collection, ainsi que Fly Girls (Éditions Au Diable Vauvert) qu’il cosigne avec la rappeuse Sté Strausz. L’auteur continue son exploration d’une société faite d’incommunicabilité et de solitude dans K-Cendres (coll. Exprim), son troisième roman, épopée médiatique d’une jeune star du rap confrontée aux dérives de l’industrie. En 2013, il publie aux éditions Sarbacane A copier cent fois, un court roman sur la différence et l’acceptation de soi. Ce qui ne nous tue pas est son premier roman aux éditions Actes Sud Junior.
En parallèle, il crée le personnage de bande-dessinée Mortelle Adèle aux éditions Tourbillon ainsi que différentes sagas pour la presse jeunesse (Zoé Super, Karen 2.0, Wizz Gang).http://www.antoinedole.com/

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.