Déclic mortel d’Anthony Horowitz

Age : 15 ans et +
Éditeur : Hachette jeunesse / Calmann Levy  (2015)
320 pages

Note : 5 out of 5 stars

Acheter en ligne :

James Bond vient tout juste de finir la mission Goldfinger lorsque le MI6 lui indique une nouvelle menace. En effet, le SMERSH, agence de contre-espionnage soviétique, prévoit de saboter un Grand prix international de course automobile. Envoyé sur place pour déjouer leur plan, James Bond découvre un complot plus inquiétant encore en la personne de Jason Sin, un homme d’affaire coréen, en apparence passionné de sport mécanique. Aux côtés de la séduisante Jéopardy Lane, nouvelle James Bond girl, le célèbre espion va mener une enquête haletante et impitoyable…

James Bond, dans sa version cinématographique, a accompagné mon enfance, mon adolescence et il continue maintenant dans ma jeune vie d’adulte. Je ne raterai pas la sortie d’un nouvel opus et à chaque fois j’attends le suivant avec impatience. Ainsi ai-je vu tous les films, certains plusieurs fois, gagné par l’intérêt que mon père portait et porte encore pour le plus célèbre des espions. Pourtant, et c’est un regret qu’il faudrait combler, je n’ai jamais lu un seul des romans de Ian Flemming, qu’on présente comme un peu différent des films. Il aura fallu qu’Antony Horowitz, auteur que j’apprécie énormément, et qui en matière de romans d’espionnage s’y connaît bien ( c’est à lui que l’on doit la série des Alex Rider ), redonne vie à ce héros mythique le temps d’un roman, pour que je passe enfin le cap !

Quelle surprise ! Le James Bond d’Antony Horowitz, que l’on dit fidèle à celui d’Ian Flemming ( les héritiers y ont bien veillé) présente autant de points communs avec le héros des films que de différences…
Ce qui m’a plu dans ce passage du film au livre, c’est le sentiment d’accéder de manière bien plus totale à la personnalité de James Bond. Loin d’être un personnage que je trouve un peu stéréotypé dans les films, dans Déclic mortel, j’ai eu l’impression de mieux le cerner, de mieux voir son humanité. On comprend ainsi mieux pourquoi il passe d’une femme à l’autre mais aussi ce qui le motive, l’intéresse dans la vie ou le monde de l’espionnage. Autant d’éléments qui restent assez mis de côtés dans les films, pour se concentrer sur l’action et le côté Dom Juan de James Bond.

Déclic mortel trouve le bon tempo et propose une histoire dynamique mais peut-être moins hollywoodienne, ce qui en fait toute la saveur lorsqu’il s’agit d’un livre. Le synopsis est assez classique et dans le plus pur esprit des James Bond avec cette plongée dans l’univers des courses automobiles que James Bond affectionne tant. L’action se passant en 1957, on retrouve le traditionnel topos de la guerre froide avec les « horribles soviétiques » contre les bons « anglais ». Le complot des russes visant à assassiner un pilote du grand prix automobile au Nürburgring conduira finalement James Bond sur une enquête plus épineuse lorsque sa route croisera celle du coréen Jason Sin, dont les intentions ne laissent rien présager de bon…

Outre cette histoire assez classique pour un James Bond, Déclic mortel propose d’autres incontournables : les personnages emblématiques de la série ( M, Miss Moneypenny, les James Bond girl), les voitures, l’alcool, les femmes, les soirées mondaines, les courses poursuites, les cascades et un méchant sadique et mégalomane. Sans aucun doute les amateurs des romans de Ian Flemming ou des films,   trouveront leur compte dans Déclic mortel car Antony Horowitz a su reprendre les atouts charme de la série et proposer un roman dynamique, entraînant et terriblement captivant.

En quelques mots :

Le temps d’un roman, Antony Horowitz, avec Déclic mortel, redonne vie au plus mythique des espions : James Bond. L’histoire, au synopsis assez classique, nous entraîne en pleine guerre froide, à l’aube d’un vaste complot russe d’abord qui amènera ensuite James Bond à croiser la route du sadique et mégalomane Jason Sin. Reprenant les incontournables de la série de romans de Ian Flemming et des films : les personnages emblématiques, les voitures, l’alcool, les femmes, les soirées mondaines, les courses poursuites, les cascades… Déclic mortel est un roman haletant et passionnant du début à la fin, qui ne décevra pas les amateurs.

Lien pour marque-pages : Permaliens.