In the After de Demetria Lunetta

Age : 15 ans et +
Éditeur :  Lumen (2014)
410 pages

Note : 5 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Lorsqu’Ils arrivent, Amy est devant la télévision. En quelques jours, la planète est décimée. Personne ne sait d’où Ils viennent. À l’abri de la grille électrifiée de sa maison, Amy parvient à leur échapper… mais pour combien de temps ?
Trois ans plus tard, Amy et Baby, une fillette qu’elle a sauvée, trouvent d’autres survivants mais New Hope, la ville qui les abrite, est peut-être la véritable menace…

Au départ, on s’attend à tomber sur un énième récit post-apocalyptique avec une horde de morts vivants aux trousses de l’héroïne. On se dit qu’il n’y aura rien de bien original dans cette lecture de In the After. Bien sûr, on s’aperçoit rapidement de son erreur car Démétria Lunetta innove avec ce roman post-apocalyptique qui se termine en dystopie…

Ainsi, dans In the After, le roman se divise en trois parties. La première raconte l’Après, lorsqu’Ils sont dans toutes les villes. Amy et Baby survivent. Amy raconte comment ça s’est passé et comment elles ont survécu. Jusque là, rien de très neuf. Là où ça devient vraiment passionnant ( disons plutôt, encore plus passionnant), c’est dans les parties 2 et 3. En effet, la plupart des récits post-apocalyptiques nous racontent comment les héros parviennent à survivre et à rejoindre enfin un camp de réfugiés ayant survécu à l’éradication des 3/4 de la population. Mais ils ne nous disent jamais ce qu’il se passe ensuite. Ils ne nous disent pas comment s’organise cette nouvelle société. ça laisse parfois un goût d’inachevé sur les lèvres. Demetria Lunetta, elle, franchit le pas avec In the After. Elle nous raconte la suite des autres romans post-apocalyptiques. Avec New Hope, la ville où Amy et Baby se retrouvent, on replonge rapidement dans un autre sous-genre de la science-fiction : le roman dystopique. Car derrière la ville salvatrice où il fait bon vivre, se cache des choses bien moins reluisantes…

J’ai aimé cette idée d’aller plus loin que les récits post-apocalyptiques habituels et j’ai aimé la manière dont Demetria Lunetta mène tambour battant son roman. Peu de temps mort pour cette histoire qui reprend les thèmes du moment : des aliens/zombies, une planète dévastée, une société qui se veut utopique mais n’entraîne que désillusion, de l’action, de la rébellion et de la manipulation. L’ensemble est cohérent, vivant, dynamique et bougrement efficace. Je ne m’imaginais pas être aussi captivée par cette histoire en la débutant, et alors que je m’attendais à quelque chose de très conventionnel, j’ai été agréablement surprise.

In the After est un premier tome, il y aura donc une suite…mais avant de la lire, il faudra déjà vous plonger dans ce premier opus, plein de mystères et de révélations finales qui vous donneront envie de continuer l’aventure avec Amy !

En quelques mots :

In the After dépasse les romans traditionnels post-apocalyptiques en situant une grande partie de son action dans une ville qui se reconstruit après une invasion extérieure. On y retrouve tout ce qui séduit actuellement les adolescents : zombies, aliens, invasion, survie en milieu hostile et dystopie. C’est prenant et terriblement efficace. Vous ne lâcherez ce livre qu’après la dernière page, ou à votre dernier souffle…

Lien pour marque-pages : Permaliens.