Les Messagères des abysses d’Arthur Ténor

Age : 15 ans et +
Editeur : Grasset jeunesse (2007 )
230 pages

Note : 2 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Jason Bastian est en vacances lorsqu’un gigantesque rassemblement de baleines se produit au Triangle des Bermudes. Fasciné par cette espèce, lui et son père Jack se rendent sur les lieux et plongent. Une plongée qui va bouleverser son existence car il est désormais porteur d’un message fondamental pour l’avenir de l’Homme.

Arthur Ténor n’a certes pas vécu l’histoire de Jason Bastian mais il n’empêche qu’avec Les messagères des abysses il passe un message fort : il faut faire prendre conscience aux gens que nous allons droit dans le mur et que la nature est en danger, menaçant toutes les espèces à termes.

On retient de ce livre quelques passages clés dont celui-ci qui m’a particulièrement marqué par sa véracité : « L’humanité est comme un fumeur qui voit sa santé se dégrader et ne fait rien pour changer de comportement. Il répète en boucle :  » pour le moment ça va. »
Le message est donc passé auprès du lecteur.
Rien que pour les idées véhiculées dans Les messagères des abysses, il faut lire ce livre au moins une fois. C’est bien son contenu qui donne à ce roman son unique force il faut bien l’avouer.

J ‘ai été cependant déçue par le manque de crédibilité du roman : tout va un peu trop vite et facilement à mon goût. Les pères des deux personnages principaux occupent des postes au coeur de l’Etat, les médias sont tout de suite intéressés mais en font un peu trop, les héros accèdent à des choses considérées comme fermées au public aussi facilement que si cela ne l’était pas…  tout était dans l’excès.

D’un côté un bon point, de l’autre un mauvais…Arthur Ténor a fait mieux mais Les messagères des abysses qui ne restera pas comme son meilleur roman, restera sûrement au moins pour le message qu’il véhicule, au coeur des préoccupations actuelles.
On n’enlevera pas non plus au roman son action maintenue de A à Z qui a le mérite de ne pas nous ennuyer.
A noter enfin que le roman a été préfacé par Nicolas Hulot…

Pour marque-pages : Permaliens.