Afterworlds de Scott Westerfeld

Age : 15 ans et +
Éditeur :  Pocket jeunesse : PKJ (2015)
670 pages

Note : 3 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Darcy Patel, 18 ans, met son entrée à l’université entre parenthèse après la signature d’un contrat avec un éditeur pour son roman Afterworlds. Un roman qui raconte l’histoire de Lizzie, une adolescente qui échappe de justesse à la mort lors d’un attentat terroriste et qui devient dés lors capable de communiquer avec des fantômes…

Afterworlds est un roman étonnant car il raconte deux histoires. Nous suivons d’un côté la découverte du monde de l’édition Jeunes adultes de Darcy dans la mythique ville de New-York, et, d’un autre côté, nous découvrons l’histoire de Lizzie dans Afterworlds, le roman écrit par Darcy…Une mise en abîme surprenante et séduisante dans laquelle on ne sait plus vraiment qui est l’auteur d’Afterworlds : Darcy ou Scott Westerfeld ?

Un chapitre sur deux d’Afterworlds est donc consacré aux premiers pas de Darcy dans l’univers de l’édition à la sauce américaine : emballement d’un éditeur pour le projet, déménagement à New York, soirées entre auteurs, avances sur les ventes, réécritures, pannes d’inspirations, réécritures…
La lecture des ces chapitres nous entraîne dans la face cachée du monde de l’édition, de ses rouages ainsi que la vie des auteurs aux Etats-Unis. C’est très intéressant de découvrir le fonctionnement du monde de l’édition version américaine et d’assister à toutes les étapes qui précèdent la publication d’un livre.
Scott Westerfeld nous entraîne à merveille dans le tourbillon de la vie de Darcy et on est avide de suivre le parcours de la jeune auteur chapitre après chapitre. L’ensemble est un brin idéaliste et on n’échappe pas à quelques clichés mais c’est aussi fascinant car les éditeurs aux Etats-Unis ne fonctionnent pas du tout comme ceux de France, misant souvent sur des projets encore inaboutis, cherchant d’abord chez leurs auteurs un certain potentiel, et finançant la réécriture et la pré-promotion du livre, à grand frais. Personnellement ces chapitres m’ont captivé et j’ai réussi à me glisser dans la peau de Darcy et à vivre à 100% cette aventure new-yorkaise qui fait aussi rêver.

Et puis il y a les chapitres d’Afterworlds (signés Darcy) qui s’intercalent dans l’histoire de notre jeune auteur. C’est un récit fantastique dans laquelle une adolescente, Lizzie, se retrouve capable de voir les fantômes après avoir dû simuler sa mort lors d’un attentat terroriste. Lizzie va vouloir aider le fantôme d’une amie d’enfance de sa mère, tout en tombant amoureuse de Yamaraj, le dieu de la mort…
Je vous avoue d’emblée que ces chapitres m’ont beaucoup moins emballé que l’histoire de Darcy à New-York. J’ai trouvé l’histoire assez inintéressante et assez sommaire. ça ne m’a pas transporté et je ne me suis pas attachée aux personnages. L’ensemble est assez superficiel à mon goût. Bref, ces chapitres m’ont ennuyé et souvent fait décrocher d’Afterworlds.

Sentiment mitigé au sortir de cette lecture donc. L’idée de Scott Westerfeld avec son roman Afterworlds est originale mais en réalité je m’attendais à autre chose. Lorsque j’ai lu sur la couverture les mots : « L’une l’écrit, l’autre le vit« , je m’attendais à une interaction entre Darcy et Lizzie au cours de ma lecture. Je pensais que les héroïnes évoluaient en fait dans le même monde et que Darcy serait amenée par je ne sais quelles étapes, à croiser la route de Lizzie, son personnage de fiction ! Pas du tout ! Les deux histoires évoluent parallèlement et sans interactions entre elles, si ce n’est les allusions de Darcy à l’écriture d’Afterworlds et à ses problèmes d’écriture ou de fin d’histoire…
Du coup, avec le recul, j’ai quand même eu l’impression que Scott Westerfeld a écrit avec Afterworlds deux romans en un…deux romans qui n’auraient peut-être pas eu beaucoup d’intérêt s’ils avaient été écrits séparément… C’est assez troublant comme sentiment et je dois reconnaître que ça brouille un peu mon opinion sur Afterworlds. En fait, j’ai été moins emballée et passionnée par l’histoire que prévu. J’ai conscience que Scott Westerfeld s’est donné une sorte de défi avec Afterworlds et qu’il a plutôt bien réussi à faire cohabiter ses deux histoires, mais il manque quelque chose pour que je sois totalement séduite par son projet.

En quelques mots :

Afterworlds de Scott Westerfeld est un projet audacieux et original : raconter deux histoires en une. D’un côté, nous suivons donc la jeune Darcy effectuant ses premiers pas dans le monde de l’édition, à New-York, et de l’autre, nous découvrons Lizzie, l’héroïne du roman de Darcy. Les chapitres s’alternent et l’histoire de chacune se déroule en parallèle. Le concept est intéressant mais au final, Scott Westerfeld peine à proposer avec Afterworlds un roman totalement convainquant.
J’ai énormément apprécié les chapitres consacrés à Darcy mais ceux de Lizzie m’ont profondément ennuyée. L’ensemble paraît de ce fait inégal et même si je salue la singularité de l’idée de Scott Westerfeld, j’ai du mal à avoir pour Afterworlds un coup de coeur car j’ai parfois eu le sentiment de lire en réalité deux romans en un seul…J’aurais aimé plus d’interactions entre l’univers de Darcy et celui de Lizzie. Un roman un peu en dessous de ce que j’espérais donc, qui vaut surtout la peine d’être lu pour les chapitres mettant en scène Darcy.

Lien pour marque-pages : Permaliens.