Les Autodafeurs, T2 : Ma soeur est une artiste de guerre de Marine Carteron

Age : 15 ans et +
Éditeur :  Rouergue : doAdo (2014)
370 pages

Note : 5 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Les grands-parents paternels d’Auguste et Césarine sont morts. Leur mère est plongée dans le coma et ils sont sous la surveillance des Montagues.
Alors que les Autodafeurs sont en train de mettre en place leur « arme de guerre », Auguste et Césarine vont devoir agir, et vite, pour préserver la mémoire de l’humanité contenue dans des livres. Mais ils ne sont pas au bout des difficultés pour atteindre un tel objectif et toutes leurs ressources seront nécessaires …

La difficulté du deuxième tome pour un auteur c’est de réussir à proposer une suite qui soit à la hauteur du premier livre. Marine Carteron a relevé haut la main le défi et je ne vais pas vous mentir : ce deuxième de Les Autodafeurs est excellent !

On y retrouve avec plaisir Auguste et Césarine. Le premier a bien changé à la suite des événements du premier tome de Les Autodafeurs : il est devenu plus mûr et aussi plus en colère. La seconde est égale à elle-même, avec toujours son regard unique sur les événements, sa parole franche et son expression qui n’admet aucun jeu de mots, aucune métaphore.
Le duo continue de nous séduire, avec une petite préférence personnelle pour Césarine. Ses mots (enfin, ceux choisis avec soin par Marine Carteron) m’ont souvent fait sourire (pour ne pas dire franchement rire !).
Mais Auguste, malgré toutes les (més)aventures qui lui tombent dessus par grappes entières, garde aussi son regard ironique sur la situation, très sympathique à lire.
Ce duo de choc, c’est vraiment ce qui nous plait dans Les Autodafeurs !

L’histoire n’est pas pour autant en reste. Marine Carteron propose un récit dynamique où des problèmes d’adolescents (du style, qui inviter au prochain bal de fin d’année ?) côtoient des problèmes beaucoup plus angoissants pour l’avenir de l’humanité (du style, quelle est l’arme secrète mise au point par les Autodafeurs pour détruire les livres ?). Des problèmes qui n’ont l’air d’avoir rien à faire ensemble mais qui vont finalement se trouver des points communs… A vous de voir comment !

L’action est une constante dans Ma soeur est une artiste de guerre, mais comme pour le premier tome, Marine Carteron donne au récit un dernier grand coup de fouet dans les cent dernières pages. Il risque fort d’y avoir encore beaucoup de combats et malheureusement (ou pas), quelques morts…

En quelques mots :

Après un premier tome très réussi, Marine Carteron récidive. Ma soeur est une artiste de guerre, deuxième tome de Les Autodafeurs refait appel à son duo de choc pour la suite des aventures. Sauver des livres pour sauver le savoir accumulé depuis la nuit des temps, voici la mission d’Auguste et Césarine mais les Autodafeurs, ont, de leur côté, élaboré une puissante « arme de guerre ».
Un récit dynamique, une action constante, un duo séduisant et une auteur qui cultive, malgré les ennuis de ses héros, un certain sens de l’humour. Il n’y a pas de doute, ce deuxième tome de Les Autodafeurs est excellent !

Lien pour marque-pages : Permaliens.