Baignade interdite de Christophe Renault

Age : 12 – 15 ans
Éditeur: Petit à petit (2009)
210 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne : 

Suzy et Malo s’entendent à merveille si bien que tout le monde croit qu’ils s’aiment. En vérité, Malo n’est pas attiré par les filles et tandis qu’il découvre peu à peu son homosexualité, une différence qu’il accepte mal, Suzy se rapproche de Medhi, dont la jalousie du lien entre Suzy et Malo s’accroît toujours un peu plus…

Baignade interdite, roman signé Christophe Renault est bien plus qu’un livre sur le thème de l’homosexualité. C’est l’histoire d’une construction : celle d’un jeune adolescent de 14 ans qui peu à peu se découvre. Si on n’échappe pas aux clichés, phrases types et lieux communs de ce nouveau sujet phare des romans ados, Baignade interdite propose aussi sa propre sensibilité et l’histoire fait autant le récit de cette acceptation de l’homosexualité que la naissance d’une profonde amitié entre deux collégiens.
Le roman s’est approprié le quotidien et il n’y a aucune invraisemblance même si je suis étonnée de la maturité de Suzy et Malo : la première est prête à coucher dés le début d’une relation, le second semble sûr de son attirance pour les garçons depuis longtemps même s’il ne l’accepte pas encore…pour moi, cela correspondrait plus à des ados de 16-18 ans…Pour le reste le livre est touchant et aborde sans complexe l’homosexualité. Baignade interdite dépeint aussi l’intolérance rencontrée par les homosexuels et auxquels Malo sera confronté comme les provocations, les remarques blessantes et acerbes, la violence commise parfois et malheureusement contre eux…
Ce que ce livre pose c’est finalement une double contradiction : d’un côté, la volonté de garder secret cette homosexualité et et de l’autre, passer à l’aveu. Malo dans Baignade interdite tentera de passer du premier au second, parfois avec difficulté.
Enfin, sur l’écriture même du texte, le style n’est pas banal. Le début est particulièrement surprenant et relève toute la maîtrise des mots de Christophe Renault : « Suzy (…) annonçait le programme. D’un seul regard, on le couvrait tout entier… Eh oui ! Cette Suzy, quelle introduction aux mathématiques ! Sitôt qu’ils voient ses formes, les garçons normalement constitués rêvent de se multiplier. Tous ! Du coup, les problèmes arrivent en nombre (…) » et ça continue sur les premières pages avant de passer à une écriture moins « complexe » mais toujours aussi travaillée et ponctuée de nombreux dialogues.
Baignade interdite nous captive, se lit d’un coup et les personnages sont tout de suite attachants, saisit dans leur originalité et leurs particularités.

Lien pour marque-pages : Permaliens.