Chérub, T11 : Vandales de Robert Muchamore

Age : 12-15 ans
Éditeur: Casterman Jeunesse (2010)
370 pages

Note : 5 out of 5 stars

Acheter en ligne : 

Dante Scott a vu sa famille mourir sous ses yeux, liquidée par le Fürher, chef du gang de bikers les Vandales. Recruté par Chérub à 8 ans, il revient d’une longue mission lorsqu’on lui propose de participer à une opération d’infiltration au sein des Vandales pour inculper le Fürher. Avec James, Lauren et Chloé, Dante infiltre le gang dans le but d’obtenir enfin vengeance.

Vandales, le onzième tome de la série Chérub, que l’on ne présente plus, est très plaisant à lire et captivant comme tous les tomes précédents signés par Robert Muchamore, ce qui n’est pas forcément une mince affaire en littérature. Savoir tenir en haleine un public toujours plus exigeant et qui veut que chaque tome soit pareil sinon mieux que le précédent, n’est pas chose aisée et pourtant Muchamore a réussi, une fois de plus.
En deux jours Vandales est avalé, tellement nous sommes pris par le récit. Muchamore nous entraîne dans une histoire toujours très mouvementée, crédible car sans aucun gadget, le tout reposant juste sur l’aptitude des agents de Chérub à s’adapter au milieu.
Lire l’immersion de Lauren, James et Dante s’est révélée palpitante et passionnante, bien que se soit toujours sur les mêmes principes que l’histoire se construit : séductions, scènes d’affrontements, suivi des suspects…Mais avec Vandales j’ai tout de même eu l’impression de lire un nouveau récit car d’un tome sur l’autre, Robert Muchamore introduit des variables et fait de son histoire, un texte singulier, à part, s’inscrivant dans la lignée de tous les autres tomes de Chérub tout en conservant son autonomie.
Ce que j’ai particulièrement apprécié dans Vandales c’est l’introduction d’une première partie, uniquement centrée sur le passé de Dante Scott, qui revient sur une centaine de pages sur son ancienne vie, le meurtre de sa famille et son entrée à Chérub. C’était comme le début d’une deuxième époque dans la série, avec l’introduction d’un nouveau personnage à suivre. Et oui, profitons en pour mentionner que James va bientôt devoir quitter Chérub, il a seize ans, l’âge maximal pour être agent de Chérub est dix-sept ans et le douzième tome sera donc aussi l’ultime tome de Chérub, ou du moins centré sur James. En effet, comme beaucoup de « fans » j’aimerai vraiment que Muchamore continue la série, en dépit de l’existence d’Henderson Boys, qui narre le début de Chérub.
Mais revenons à Vandales et disons simplement que le livre, plus épais du fait de l’existence inédite de cette première partie, nous emporte dans l’histoire qui s’échafaude au fil des chapitres. Le personnage de Dante Scott a vraiment été travaillé par Muchamore et il vole presque la vedette à James, même si on retrouve souvent notre agent préféré dans la seconde partie.
L’humour au milieu de ces scènes d’actions et de tensions est toujours présent, de même que les passages plus distrayants, moins focalisés sur la mission, permettant de voir que les agents de Chérub sont aussi des humains.
Chérub, une fois de plus fait passer au lecteur un moment agréable, sans prise de tête, idéal pour une lecture-loisir, de détente, tel un bon James Bond pour ados.

Lien pour marque-pages : Permaliens.