Djihad Online de Morton Rhue

Age : 12 – 15 ans / 15 ans et +

Éditeur : Bayard ( 2019 )

300 pages

Note : 5 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Khalil est comme tous les lycéens de son âge : il aime aller à des soirées, flirter avec la plus jolie fille du lycée, et a plutôt de bonnes notes. Mais si Khalil est né aux États-Unis, sa famille a une autre histoire.
D’origine bosniaque, ses parents et son grand-frère, Amir, ont immigré des années plus tôt pour fuir la guerre. La vie de Khalil ressemble peut-être à celle de n’importe quel ado américain, mais celle d’Amir est plus compliquée. Alors quand ce dernier commence à regarder les vidéos de prédicateurs d’un islam radical, Khalil se pose des questions… et décide de suivre les traces de son frère, coûte que coûte, plutôt que de le perdre.

Khalil est né aux Etats-Unis mais son frère Amir et ses parents sont des immigrés. Ils ont quitté peu avant sa naissance la guerre de Bosnie, dans l’espoir d’une vie meilleure. Mais la réalité est plus complexe. Un jour, les parents de Khalil sont obligés de repartir dans leur pays d’origine pour aider de la famille, Khalil, 17 ans, se retrouve seul avec son frère Amir, livré à eux-mêmes et sans moyen. Pour s’en sortir, Amir commet régulièrement des vols et entraîne dans son sillage son petit-frère, sans savoir qu’il les précipite dans une descente aux enfers

Morton Rhue, aussi connu sous le pseudonyme de Todd Strasser, avait marqué les esprits avec la publication du roman La Vague, inspiré d’un téléfilm et d’une expérience psychologique, qui racontait comment toute une classe était emportée par le totalitarisme. Avec Djihad Online, c’est un roman un peu dans le même esprit qu’il propose puisqu’il raconte comment les idées d’un islam radical viennent peu à peu s’infiltrer dans une fratrie et conduire deux adolescents à commettre le pire.

Avec Ddjihad Online, Morton Rhue veut ainsi montrer comment, de manière insidieuse, des jeunes gens se laissent peu à peu séduire par le djihad. Khalil est celui qui raconte. Des deux frères, il est celui qui s’est le plus intégré. En effet, il est entouré d’amis, a de bons résultats scolaires et ne se sent pas autant rejeté qu’Amir pour ses origines. Toute la prouesse de Djihad Online est de montrer comment un jeune sans histoire et bien intégré va finir par lui aussi plonger dans la radicalisation, à cause des idées qui l’entourent et surtout d’une série d’événements qui vont affaiblir sa foi en l’Amérique, l’Occident. Bien construit, Djihad Online raconte très bien les différentes étapes du cheminement d’Amir et Khalil. Si Amir est déjà radicalisé au début du roman, pour Khalil, c’est très différent car il rejette les idées de son frère avant d’être à son tour rattrapé lorsqu’il devra choisir entre fidélité à sa famille et mode de vie à l’américaine…

Morton Rhue dépeint aussi très bien l’envers de la façade américaine. Dans ce pays du faste, de la démesure, de la richesse, qui prône la paix et est en guerre depuis plus de 200 ans, il ne fait pas bon d’être pauvre et fils de migrants. Il n’est pas bon non plus d’être musulman et/ou arabe, en raison d’un racisme ambiant qui cultive les rancœurs… La pauvreté, le racisme, l’exclusion et l’accès sans complexe, sur les réseaux sociaux, à des contenus pro-djihad, vont peu à peu conduire Khalil à partager les idées de son frère.

J’ai trouvé cette lecture bluffante et fascinante. La manière dont Morton Rhue raconte cette transformation est vraiment très réaliste et je n’ai pas réussi à lâcher Djihad Online. Le roman fait aussi prendre du recul et nous permet de peut-être mieux comprendre pourquoi certains ont pu se laisser séduire par l’islam radical. Morton Rhue ne défend pas pour autant ses personnages et ne prône pas non plus un laxisme envers ceux qui commettent le pire, il invite simplement le lecteur à réfléchir à la manière dont un citoyen ordinaire et brillant peu être, par une série d’événements, amené à changer et partager des idées aussi terribles. Pour moi ce roman est aussi essentiel et instructif que La Vague.

Lien pour marque-pages : Permaliens.