Extrêmement fort et incroyablement près de Jonathan Safran Foer

Age : 15 ans et +
Editeur : Points ( 2007 )
430 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Oskar Schell a seulement neuf ans mais il est sans doute le garçon le plus doué, intelligent et meilleur inventeur… de tout New-York.
Lors des attentats du nine eleven, il a perdu son père et tente de relever la pente. La découverte d’une clé dans une mystérieuse enveloppe où est écrit « Black  » va le mener dans tous les districts de la ville
à la recherche de la serrure qui sera ouverte pas la clé. Son indice et sa méthode seront de retrouver dans New-York toutes les personnes du nom de Black.

Dés le début, il est évident  qu’on n’a pas à faire à un roman banal qui se contentera de raconter une histoire. Tout d’abord l’histoire est un peu étrange, ce n’est pas souvent que l’on croise un jeune héros de neuf ans surdoué qui se lance dans la quête d’une serrure ( à vrai dire on a du mal à imaginer ce qu’un auteur peut bien raconter autour de ça…).
Ensuite, l’histoire est une série de rencontres avec des personnages atypiques ( en tout premier, notre fameux Oskar Schell).

Extrêmement fort et incroyablement près est écrit dans un style particulier, adoptant toujours une narration interne axée autour d’Oskar et sa famille. Le premier protagoniste, est justement Oskar et Jonathan Safran Foer s’est littéralement glisser dans la peau d’un garçon de neuf ans qui serait cependant très intelligent : illusion parfaite et garantie ! Entre cette narration interne directe, se glisse deux autres pensées : les souvenirs de son grand-père et ceux de sa grand-mère qui se rejoignent et se recoupent, bien entendu.

Dans la conception même du livre, celui-ci est atypique puisque Jonathan Safran Foer a glissé photos, écritures illisibles ou cerclées de rouges ainsi qu’une conversation en chiffre…

Extrêmement fort et incroyablement près nous plonge dans une histoire très riche que se soit en actions ou en sentiments. Le tout est d’une grande justesse et se lit avec un véritable plaisir si bien qu’on a du mal à arrêter. Il ne faut pas être effrayé pas la taille du roman car franchement à aucun moment un passage vient ennuyer le lecteur qui y trouvera aussi bien de l’humour, que de l’émotion.

On ne pourra pas s’empêcher de rapprocher ce livre du roman de Mark Haddon  intitulé : Le bizarre incident du chien dans la nuit. D’autres penseront également à L’attrape-coeurs de Salinger ou encore La maison des feuilles de Mark Danielewski, à chacun son avis… le mien est fait !

Lien pour marque-pages : Permaliens.