Forget Tomorrow de Pintip Dunn

Age : 15 ans et +
Éditeur :  Lumen (2016)
430 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Le jour de son dix-septième anniversaire, Callie reçoit un souvenir envoyé par son moi futur. Mais loin de la rassurer, celui-ci lui prédit qu’elle tuera sa petite-soeur Jessa, qu’elle adore. Afin que ce souvenir ne se réalise pas, Callie est arrêtée et enfermée dans Les Limbes, une prison réservée à tous ceux qui sont destinés à enfreindre la loi. Logan, un ancien ami à qui elle n’a pas parlé depuis cinq ans, la libère. Il veut l’aider à changer le cours de son destin et sauver Jessa…

Scénario intéressant pour ce roman inscrit dans l’air du temps. On a tous un jour été tenté de connaître son avenir. Savoir si nos rêves se réaliseraient, si la personne que nous aimons partagerait notre vie ou encore connaître son métier. Dans le futur, c’est possible. Mais comme Callie va s’en rendre compte, connaître l’avenir donne autant des ailes qu’il emprisonne. Tout dépend de la teneur de ce souvenir du futur reçu… Pour Callie, être une tueuse suffit à briser tous ses espoirs. Elle se voyait grande cuisinière à Eden City, elle doit finalement fuir pour rejoindre une communauté de résistants : Harmony.

Cette lecture de Forget Tomorrow fut très prenante. On se laisse facilement embarquer par l’univers et cette société où connaître son futur donne les clés d’accès à l’âge adulte. L’histoire repose sur un schéma narratif propre aux dystopies assez conventionnel mais efficace. Callie est une héroïne qui se découvre différente de la « norme » et doit donc renoncer à vivre dans cette société futuriste harmonieuse pour pouvoir survivre. Aidée par un garçon dont elle tombera évidemment amoureuse, elle se lancera dans une quête plus singulière : sauver sa petite-soeur des griffes de l’ASoF.
L’intrigue est plantée et nous voici donc aux côtés de Callie pour la voir se battre contre une force invisible : le Destin. Les événements s’enchaînent et l’écriture fluide de Pintip Dunn nous permet de nous laisser tranquillement bercer par l’histoire.

Forget Tomorrow est une dystopie entraînante, portée par une héroïne combattive et déterminée comme on les aime. Callie est prête à tout pour sauver sa sœur même si son parcours est aussi semé de doutes. Son alter-égo masculin, Logan, est plus fade mais apporte au roman sa nécessaire histoire d’amour. Je regrette peut-être que celle-ci ait eu parfois tendance à empiéter, au milieu du roman, sur les véritables enjeux du récit et de son action. Le couple a encore ses preuves à faire pour totalement me convaincre 🙂

Forget Tomorrow est le premier tome d’une trilogie mais ce qui m’a séduit c’est le côté « one shot » qu’il recèle également. La fin, inattendue et bien vue, qu’on ne soupçonne à aucun moment avant d’en comprendre l’évidence, conclue le roman dans l’apothéose. Loin de nous laisse sur un cliffhanger insoutenable, Pintip Dunn fait plutôt le pari d’un final en douceur qui laisse le lecteur songeur sur le contenu de la suite. C’est très ingénieux. Mais puisqu’il s’agit d’une trilogie, on ne doute pas que Pintip Dunn devrait pousser plus loin la réflexion lancée sur les conséquences de l’annonce d’une partie de notre futur sur notre vie…

En quelques mots :

Connaître son futur a quelque chose de tentant mais aussi de dangereux. C’est sur cette idée que repose le scénario de Forget Tomorrow, une énième dystopie qui, tout en respectant les codes du genre, parvient à tirer son épingle du jeu et à nous entraîner au coeur de son univers.
Aux côtés d’une héroïne combattive et déterminée, le lecteur suivra les tentatives de Callie pour échapper à son terrible destin. Mais la force invisible est plus puissante qu’il n’y paraît… Forget Tomorrow est une lecture rapide et efficace. Le style de Pintip Dunn est fluide et entraînant.
Si Forget Tomorrow est le premier tome d’une trilogie, le roman peut aussi s’apprécier comme un « one shot » qui aurait fait le choix d’un final explosif mais très bien trouvé…La suite sera intéressante cependant à lire.

Lien pour marque-pages : Permaliens.