Gorges rouges d’Hervé Moisan

Age : 12-15 ans
Editeur : Grasset jeunesse (2008)
160 pages

Note : 5 out of 5 stars

Acheter en ligne : 

Alex et Tiago convoqués par Monsieur Guillaume, leur professeur de mathématiques font la macabre découverte de son corps dans sa salle de classe. Il a été égorgé… et tandis que les deux adolescents expliquent la situation aux autres professeurs, la principale est à son tour assassinée. Alex, accompagné de son amie Alexandra décide de mener l’enquête car il craint que son meilleur ami, John, aux fréquentations douteuses ne soit mêler à tout ça…mais bientôt c’est lui qui sera menacé par l' »Affreux ».

Gorges Rouges d’Hervé Moissan (surnommé H.M) est un roman policier – thriller, où les péripéties savamment dosées s’enchaînent avec aisance. Le rythme sans être trop haletant entretient le lecteur dans un petit suspense qui le pousse à ne pas lâcher le récit.
Macabre, Gorges Rouges transforme des lieux communs, un lycée, une ruelle, un appartement, en scènes de crimes. Les endroits fréquentés par tous les adolescents ( l’identification du lecteur n’en est que plus forte) deviennent le théâtre d’un égorgeur sans pitié, assassin au total de sept personnes.
Hervé Moisan relate les évènements par la narration de son jeune héros, Alex, un personnage réaliste, touchant, un peu trop instinctif mais pas craintif, drôle et surtout fidèle en amitié.
Les personnages secondaires que sont Tiago, John, Alexandra ou l’inspecteur Mariolle ont eux aussi un côté attachant et surtout, tous, sont criants de réalisme.
Coller à la réalité c’est aussi ce que souhaite Hervé Moisan dans Gorges Rouges. Certes le point de départ n’est pas banal mais la façon dont se déroule l’enquête est loin d’être spectaculaire comme dans les films : les héros ne sont pas tout puissant, ils n’échappent pas aux dangers ni aux blessures, ils sont limités dans leurs actions par les règles,…
L’écriture aussi se veut réaliste et l’auteur adopte ainsi le ton d’un jeune de banlieue parisienne même si c’est peut être un peu cliché ( que se soit dans la façon de parler ou dans les évènements qui s’y déroulent : drogues, viols, recèles…)
On regrettera dans ce roman policier, pas mauvais dans l’ensemble, l’attitude des jeunes héros face à la mort. En effet, ceux-ci ne semblent que peu traumatisés par rapport aux scènes auxquelles ils sont censés assister… une expression du traumatisme sans doute ? Il faudrait peut être travailler ainsi un peu plus les sentiments des personnages, trop superficiels à mon goût et ne collant que peu à la réalité pour le coup !

Globalement Gorges Rouges est un polar jeunesse qui se lit facilement. Le lecteur appréciera la façon dont l’enquête se résout au fur et à mesure et aussi le rythme de l’enquête sans temps mort.

Lien pour marque-pages : Permaliens.