Mauvais endroit, mauvais moment de Bénédicte Carboneill et Régine Joséphine

Age : 12 – 15 ans
Éditeur : Oskar éditeur (2015)
205 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Fin de soirée, Maxime, 15 ans, passe rapidement chez sa petite-amie Lucie pour lui rendre son livre de maths. Mais sur le chemin, la police le contrôle. Dans son sac, les policiers découvrent une enveloppe remplie d’argent, et surtout deux sachets de cocaïne. Max, n’en revient pas : qui a mis ça dans ses affaires ?
La police n’est pas convaincue par ses explications et l’embarque en garde à vue. Du fond de sa cellule, coincé entre un ivrogne et un violeur, il clame son innocence en pure perte. Comment sortir de ce cauchemar ?

La garde à vue est un moment sur lequel la littérature jeunesse ne s’attarde pas souvent… Je me souviens avoir lu Un Sale gosse de Jan Simoen qui se déroule à ce moment crucial d’une enquête  policière, mais rien depuis…Et ça remonte à 2009 ! Mauvais endroit, mauvais moment de Bénédicte Carboneill et Régine Joséphine nous plonge au coeur de ces 24 heures épuisantes et éprouvantes, surtout lorsqu’on se sait innocent !

L’histoire se divise en de cours chapitres dans lesquels le lecteur est le plus souvent dans les pensées de Max. Cependant les deux auteurs nous laisse découvrir, dans quelques chapitres,  d’autres personnages impliqués dans l’enquête ou qui sont de l’entourage de Max, comme Lucie, sa petite-amie, tout de suite très inquiète de l’absence de réponse à ses SMS.

Dans Mauvais endroit, mauvais moment, on découvre l’ambiance glauque des gardes à vue et le roman m’a semblé très réaliste : les cellules sales, la fouille au corps, les voisins de cellule qui ne font pas vraiment rêver, les policiers qui ont déjà leur petite idée du déroulement des événements au moment de l’interrogatoire, l’impossibilité de communiquer avec l’extérieur puis la perquisition du domicile, les témoignages des amis, … Une expérience très frustrante que nous partageons tout au long de cette lecture. Tout comme Max, on a envie que les policiers découvrent leur méprise, on a envie de hurler que l’adolescent est innocent…mais seul le temps peut permettre de rétablir la vérité.

Mauvais endroit, mauvais moment met en scène une enquête policière avec un angle de vue différent de d’habitude puisque presque tout va se jouer depuis le commissariat et en une journée. 24 heures pour repasser le fil des événements, découvrir qui a mis la cocaïne dans le sac de Max, trouver le véritable coupable et même commencer à démanteler un réseau !
Le roman se lit très facilement et rapidement, avec intérêt du début à la fin. On a envie de découvrir l’identité de celui qui a piégé Max, mais aussi de voir comment se déroule l’enquête. Le tout est finalement assez dynamique et l’idée de montrer ce que font les autres personnages autour de Max est pertinente. Elle permet de casser le rythme et d’avoir d’autres regards sur l’histoire, de vivre d’autres événements.

J’ai trouvé que Mauvais endroit, mauvais moment de Bénédicte Carboneill et Régine Joséphine était un polar efficace et réaliste mais par contre dés le départ j’ai eu de gros soupçon sur l’identité et le mobile du coupable. A priori qui s’est confirmé en fin de lecture et j’ai trouvé ça dommage…c’était un peu trop gros pour moi…( ou alors c’est à force de regarder des séries policières ! ) mais des jeunes lecteurs trouveront peut-être moins facilement.

En quelques mots :

A travers le prisme d’une garde à vue, Mauvais endroit, mauvais moment, nous raconte une enquête policière assez banale dans le monde de la police des stupéfiants : un jeune retrouvé avec de la cocaïne et de l’argent liquide dans son sac.
Mais Max est innocent et, accusé à tort, il va essayer de prouver son innocence. Dans Mauvais endroit, mauvais moment, Bénédicte Carboneill et Régine Joséphine nous raconte toutes les étapes de la garde à vue, qui mettent le moral de Max à rude épreuve : cellule sale, voisins dérangeants, fouille au corps, interrogatoires qui ne mènent à rien, entretien avec un médecin, un avocat,perquisition du domicile, … on vit avec Max 24 heures très éprouvantes.
Pour le lecteur, cette lecture est aussi passionnante, permettant de découvrir le déroulement d’une garde à vue et de mieux comprendre le travail d’enquête des policiers à travers une histoire du quotidien. La recherche du véritable coupable, nous tient en haleine.
Mauvais endroit, mauvais moment est un roman policier efficace et réaliste qui fonctionne bien mais dont la résolution a été pour moi, un peu trop évidente, dés le départ. Les jeunes lecteurs mettront, j’espère, plus de temps à découvrir l’identité du piégeur de Max !

Lien pour marque-pages : Permaliens.