A l’ombre de l’oubli de Mireille Disdero

Age :  12 – 15 ans
Éditeur : Seuil jeunesse (2013)
170 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Violette a 17 ans et elle adore écrire de la poésie. C’est pourquoi, tout naturellement, elle s’est inscrit sur le site Pen Touch pour partager ses écrits. Son meilleur ami Arnaud, adore lire les poèmes de la jeune fille et est de plus en plus amoureux d’elle.
Un jour, un nouvel arrivant qui se présente comme un éditeur et un auteur, Arihman, fait son entrée sur Pen Touch. Très vite il commente les poèmes de Violette et commence à se faire une place sur le site. Bientôt, une soirée à Paris est organisée et prise en main par Arihman, mais tout ne va pas se passer comme prévu pour Violette et elle reviendra changée…

Troisième roman de Mireille Disdero, A l’ombre de l’oubli traite un thème fort en littérature jeunesse : le viol. Alternant la parole entre Violette et son meilleur ami, Arnaud en passant par des poèmes postés sur internet par Violette, ce roman assez bref nous plonge rapidement au coeur de l’histoire tragique qui va se jouer et dans les pensées de nos deux personnages principaux. Le ton du roman est brut et incisif que se soit dans les premiers chapitres où le lecteur se doute bien qu’il va se passer quelque chose de dramatique sous peu, ou dans le reste du roman qui se veut être au plus près de la pensée de Violette et d’Arnaud. Pour chacun d’eux, Mireille Disdero adopte cependant dans A l’ombre de l’oubli, un style propre avec une Violette torturée, qui s’exprime sans cesse comme si elle avait le souffle court : paroles hachées, paroles ou scènes qui tournent en boucle, agressivité… et un Arnaud plus expansif qui exprime cependant un profond désarroi à comprendre celle qui va devenir un peu plus que sa meilleure amie : les phrases plus longues laissent parfois la place à des phrases très courtes, quasi nominales…Ce style très travaillé fait la richesse du roman A l’ombre de l’oubli de Mireille Disdero. Il s’accorde en effet parfaitement avec les sentiments que l’auteur veut faire passer dans son livre et surtout, avec l’histoire qui nous est racontée.
A l’ombre de l’oubli raconte donc comment Violette va se faire piéger par un homme qui parait bon sous tous rapports et se retrouver violée un soir à Paris. Le livre montre aussi très bien la difficulté à parler, la honte autour de ce viol qui entoure la jeune fille sans compter une vie totalement modifiée, transformée, brisée, anéantie après ce viol. Ce n’est qu’avec l’aide d’Arnaud et par l’écriture et la parole que Violette va peu à peu refaire surface mais il faudra du temps.
Mireille Disdero traite bien son sujet et propose un récit bien construit, qui au fil des chapitres progresse bien et nous montre l’évolution des personnages que sont Violette et Arnaud. La relation entre ces deux amis, amoureux est touchante et pleine d’empathie. Arnaud est un garçon gentil, serviable, à l’écoute que bien des filles devraient envier à Violette ! Il est aussi le point clé de ce roman, celui qui va permettre à l’adolescente de surmonter ses difficultés, ses peurs, sa honte pour aller de l’avant et oser protester.
Le seul petit bémol d‘A l’ombre de l’oubli c’est de nous laisser au moment où Violette porte plainte contre Arihman, j’aurais au moins aimé, dans un court épilogue par exemple, savoir quel a été le résultat de cette plainte même si bien sûr l’essentiel dans cet acte est surtout l’aveu et le fait d’oser protester.

Lien pour marque-pages : Permaliens.