Opération Pantalon de Cat Clarke

Age : 9-12 ans
Éditeur : R jeunesse  (2017)
270 pages

Note : 2 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Olivia, qui préfère qu’on l’appelle Liv, est une jeune transsexuelle. Quand « il » apprend qu’il va devoir porter une jupe dans son nouvelle établissement scolaire, c’est une catastrophe. Liv décide de monter l’Opération pantalon pour que les garçons et les filles aient le droit de porter le pantalon !

Après ma lecture du roman George de Gino Alex, j’ai eu envie de découvrir le roman de Cat Clarke, Opération pantalon, qui aborde le même sujet (la transsexualité) pour la même catégorie d’âge ( les 9-12 ans). Je n’avais pas dans l’idée de comparer les deux romans, mais à choisir, je crois que George à mieux réussi son pari qu’Opération pantalon.

Je m’explique. Le résumé de la quatrième de couverture annonce clairement que le thème du roman est la transsexualité et qu’on va suivre Liv, une jeune transsexuelle qui entend défendre le droit pour les filles à porter le pantalon. Egalité des sexes face à une mesure clairement rétrograde, nous sommes d’accord.

A peine le livre commencé, je me suis trouvée agacée car Cat Clarke a fait un choix qui de mon point de vue est de trop. A la transsexualité de son héroïne, elle combine le thème de l’homosexualité parentale puisque Liv a deux mères. Et là en tant que lecteur, alors même que je suis totalement d’accord pour dire que la transsexualité et l’homosexualité parentale sont deux thèmes qui doivent être abordés en littérature jeunesse, on se dit que ça fait quand même un peu trop pour une seule et même personne. Sans compter ceux qui se diront que Liv est transsexuelle parce qu’elle a deux mères… (mais franchement ce type de discours serait assez nauséabond…)

Même si ce choix me paraissait un peu de trop, j’ai laissé au roman Opération pantalon toutes ses chances. J’ai trouvé que Cat Clarke traitait très bien le thème de l’homosexualité parentale. La manière dont Liv vit au sein de sa famille et la perception qu’on les uns et les autres de l’homosexualité de ses mères est évoquée avec beaucoup de justesse. Il y a ceux qui acceptent, et ceux qui la harcèlent.
Cat Clarke aborde aussi très bien la question de l’égalité filles-garçons autour de la thématique de l’uniforme. La mesure qui consiste à dire que les filles doivent porter des jupes, et les garçons des pantalons, est complètement rétrograde et évidemment on adhère totalement à la lutte de Liv.

Alors pourquoi glisser dans tout ça le thème de la transsexualité ? Car pour le coup j’ai trouvé que Cat Clarke manquait d’énormément de profondeur dans le traitement de ce sujet, qu’elle avait pourtant déjà abordée dans A Kiss in the dark, de manière plus convaincante. Liv se sent garçon mais ensuite…toute l’histoire est focalisée, cristallisée sur son désir de porter le pantalon parce qu’elle se sent garçon à l’intérieur,…et depuis quand une fille non transsexuelle ne pourrait pas avoir également ce désir ?

C’est là que je reprends ma comparaison avec le roman George d’Alex Gino. L’auteur avait bien mieux réussi à me faire partager le mal être de son jeune héros, alors que pour Liv, je n’ai pas du tout eu le même sentiment. Cet aspect est pour moi traité de manière beaucoup trop superficiel, alors que cela aurait dû être le coeur du roman.

En conclusion, on achètera ou lira ce roman plus pour la manière dont il traite la question de l’homosexualité parentale, l’égalité filles-garçons, que pour la question de la transsexualité, pourtant largement pointé dans le résumé d’Opération pantalon.

En quelques mots :

Le résumé laissait à penser que l’histoire d’Opération pantalon se centrerait sur la transsexualité de sa jeune héroïne et son combat pour avoir le droit de porter le pantalon. Finalement, c’est plutôt d’homosexualité parentale dont il est question dans ce nouveau roman de Cat Clarke. Une déception pour moi car j’avais envie de découvrir l’auteur sur le thème qu’on m’avait « vendu » dans le résumé. De plus, l’auteur a faire de son héroïne une jeune transsexuelle dont les parents sont deux femmes, c’est un peu « trop » à mon goût. Il reste que Cat Clarke aborde très bien son sujet, avec une jeune Liv qui doit faire face aux remarques parfois très acerbes des autres sur sa situation familiale. 

Lien pour marque-pages : Permaliens.