Orange, T1 à T3 d’Ichigo Takano

Age : 12 – 15 ans / 15 ans et +
Éditeur : Akata (2014)
200 pages

Note : 5 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Un matin, Naho reçoit une étrange lettre. Celle-ci aurait été envoyée par elle-même depuis le futur ! La longue lettre lui indique comment elle devra se comporter au cours de l’année scolaire, pour ne pas avoir de regrets dans l’avenir et surtout pour éviter un terrible drame. Naho n’y croit pas vraiment mais lorsque les événements racontés dans la lettre commencent à se produire, la jeune fille comprend qu’elle a bien la possibilité de changer le cours du destin et de sauver celui qu’elle aime en secret…

Voici presque six mois au moment où je rédige ces lignes, que le tome 1 d’Orange est sorti. Un succès immédiat sur la blogosphère et parmi mes collègues professeurs-documentalistes, libraires ou bibliothécaires, qui a donc attiré mon attention. Et puis, le pitch, est plutôt sympa !

La série d’Ichigo Takano est prévue en cinq tomes et je pense que c’est une longueur idéale. J’ai pour le moment lu tous les tomes disponibles en mars 2015 ( soit les trois premiers) et ma lecture fut des plus agréable et passionnante.J’avais peur que l’histoire d’Orange s’essouffle un peu au fur et à mesure, mais pour le moment, je trouve qu’Ichigo Takano tient ses lecteurs en haleine.

Orange met en scène deux périodes parallèles. L’histoire principale raconte la romance naissante entre Naho et le discret et mystérieux Kakeru. Dans cette histoire, s’ajoute une dimension dramatique puisqu’il va falloir empêcher un terrible drame, qui aura lieu quelques mois plus tard, de se produire…
La deuxième histoire se déroule dans le futur. On retrouve la petite bande d’amis réunis pour une occasion particulière et cherchant des réponses à leurs interrogations. Ces deux périodes sont étroitement liées bien sûr, et la lettre du futur reçu par Naho, est là pour nous rappeler ce lien…

Au cours de ces trois premiers tomes d’Orange, les personnalités de chaque personnage se dévoile. La passive, altruiste et timide Naho grandit et se dévoile à travers l’étonnante mission dont elle a la charge. Le mystérieux et parfois triste Kareku, s’épanouit tandis que leurs amis Azu, Takako, Suwa et Hagita participent chacun avec leur personnalité, au développement de l’amour naissant entre Naho et Kakeru. On apprécie au passage la joyeuse ambiance qui règne au sein de cette bande d’amis et dont on envie la complicité !
La romance entre Naho et Kareku est, elle, touchante, délicate et toute en finesse. Les deux grands timides nous séduisent même si leur difficulté à se déclarer franchement leur amour nous agace aussi un peu !

Outre cette belle histoire d’amour, Orange aborde aussi la thématique du voyage dans le temps et du destin. Le manga interroge ainsi la possibilité de changer le cours de sa vie, de pouvoir revenir sur son passé pour en effacer les erreurs et les regrets. La question étant : si c’était votre cas, que feriez-vous ?
Une manière pour Ichigo Takano d’aborder avec Orange des thèmes plus fort comme le deuil et le suicide sans tomber dans le pathos mais plutôt en proposant une histoire d’amour douce et poignante, servi par une écriture sensible et un dessin de qualité.

En quelques mots :

Orange raconte une romance entre deux adolescents mais cette histoire d’amour est biaisée par la connaissance, par Naho, du destin tragique de celui qu’elle aime : Kareku. Afin d’éviter le drame, la jeune fille va devoir dépasser ses propres peurs en s’appuyant sur une longue lettre reçu du futur et envoyée par elle-même, ainsi que ses précieux amis.
Orange propose une double histoire. Une au moment où ils ont tous 16 ans, l’autre alors qu’ils ont 26 ans. Une originalité qui donne à Orange toute sa force et permet d’aller au delà de la simple romance en posant la question du destin et  du pouvoir de transformer l’avenir.
Orange aborde en plus d’une histoire d’amour des thèmes plus fort comme les regrets, le deuil et le suicide sans tomber dans le pathos mais plutôt en proposant une histoire d’amour douce et poignante qui sera le seul salut possible de Kareku. Le tout est servi par une écriture sensible et un dessin de qualité.

Lien pour marque-pages : Permaliens.