Les Orangers de Versailles (BD) d’Annie Pietri, Nicolas Digard et Christine Circosta

Age : 12 – 15 ans
Éditeur :  BD Kids (2014)
65 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Juin 1674. Marion entre au château de Versailles en tant que simple servante pour la Marquise de Montespan, favorite de Louis XIV.
A treize ans, Marion possède des qualités rares pour une jeune fille de sa condition : elle sait lire, écrire et surtout, elle a un nez doté d’une incroyable sensibilité ! Elle se fait ainsi remarquer auprès de la Marquise et devient sa parfumeuse…
Mais la Cour est pleine de faux semblants et Marion découvre bientôt qu’un obscur complot visant la reine se trame…Marion va devoir l’empêcher de se réaliser !

Les Orangers de Versailles est le premier roman d’une auteur que j’apprécie énormément : Annie Pietri. Le projet d’adaptation sous forme de bande-dessinée du roman a prit plusieurs années mais le voici bel et bien concrétisé !
Comme pour une adaptation en film, l’adaptation sous forme de BD demande de faire des choix qui ne sont pas toujours bénéfiques. Pour Les Orangers de Versailles, c’est loin d’être le cas et l’adaptation que j’ai pu découvrir est dans l’ensemble fidèle à mes souvenirs du roman !

En quelques pages, Christine Circosta, la dessinatrice, plante le décor et nous emmène dans l’ambiance de la Cour de Versailles. Tons pastels, couleurs chatoyantes et dessins à l’aspect crayonné sont les atouts charme de cette jolie bande-dessinée, même si le trait manque parfois de détails.
Dommage cependant que l’objet livre ne soit pas à la hauteur de la qualité des dessins avec un format un peu petit et un papier qui n’est pas de la meilleure qualité…

Côté scénario, l’ensemble est bien ficelé et nous avons rapidement toutes les cartes en main pour découvrir l’univers de Marion aux côtés de la Marquise de Montespan. Si on reste très en surface des choses par rapport au roman, on cerne rapidement la personnalité bienveillante de Marion, ses aptitudes en matière de sensibilité sensorielle, les éléments clés de l’histoire et l’ambiance à Versailles.
Ainsi, Les Orangers de Versailles raconte avec autant de qualités la vie à la Cour du Roi Soleil que l’enquête autour du complot visant la reine. Complot qui n’est pas pure invention mais en réalité la mise en scène de « l’affaire des poisons » qui éclata quelques années plus tard au grand jour…
C’est une jolie prouesse que celle de mener de front à la fois une intrigue policière tout en glissant, sans faire tâche d’huile, les anecdotes de la Cour de Versailles. On y découvre ainsi quelques aspects des mœurs de l’époque, les faux-semblants de la cour, les splendeurs de Versailles et le manque d’hygiène des lieux…

Le plaisir de découvrir la bande-dessinée Les Orangers de Versailles est là tout au long de la lecture, invitant ensuite le lecteur à lire le roman en lui-même et aller naviguer plus longuement aux côtés de Marion et ses aventures à la cour. Un plaisir qui peut aussi se poursuivre avec la suite des enquêtes à Versailles de Marion dans les deux romans qui ont suivi : Parfum de meurtre et Pour le cœur du Roi. (On espère qu’ils seront adaptés eux-aussi en bandes-dessinées ! )

En quelques mots :

Il aura fallu attendre longtemps avant que le projet d’adaptation en bande-dessinée du roman d’Annie Pietri, Les Orangers de Versailles, voit le jour. Mais finalement elle est là et le résultat est très concluant.
Côté scénario on retrouve les éléments clés de l’histoire qui alterne entre anecdotes sur la vie à la Cour du Roi Soleil et enquête sur un complot. Le mélange se fait avec homogénéité et on se plonge rapidement dans l’ambiance.
Côté dessin, là aussi on est enthousiaste car l’aspect crayonné, les couleurs pastelles et chatoyantes, nous transporte dans le passé et l’univers de Versailles.
Même si on regrettera le format un peu petit de la BD et le papier qui n’est pas de la meilleure qualité, Les Orangers de Versailles est une lecture agréable et passionnante qui donne envie de se plonger dans les romans d’Annie Pietri !

Lien pour marque-pages : Permaliens.