La Saga Wildenstern, T1 : Voraces d’Oisin McGann

Age : 15 ans et +
Éditeur: Mango jeunesse (2010)
370 pages

Note : 5 out of 5 stars

Acheter en ligne : 

Nathaniel Wildenstern revient tout juste d’Afrique et d’une escapade où il a réussi à attraper le plus impressionnant des mécanimaux, Foudre, lorsqu’il apprend la mort de son frère ainé Marcus. Dans cette famille où le meurtre est une vertu lorsqu’il est au service de l’ambition, les soupçons sur Nathaniel vont vites. Le garçon décide de retrouver le véritable meurtrier et doit aussi faire face à de nombreux autres problèmes : un père tyrannique, des parents hostiles, des voyous prêts à tout et quatre ancêtres revenus d’entre les morts, bien décidés à reprendre le contrôle de la famille Wildenstern.

Voraces ou Ancient Appetites chez les anglophones, signé d’Oisin McGann, est la nouvelle saga de la rentrée de septembre 2010 qu’il faudra ne rater sous aucun prétexte car il s’agit là d’une série qui ne trouve pas, à mon avis, d’équivalent en littérature jeunesse.
Voraces
à quelque chose des grandes sagas familiales du XIXème siècle – d’ailleurs c’est au XIXème que l’histoire se passe, bien qu’il y ait quelques modifications avec la réalité (les mécanimaux, par exemple) – mais est extrêmement moderne de par son écriture fluide et ses nombreuses péripéties.
Situé entre western, roman gothique et roman d’intrigue, Voraces d’Oisin McGann confond les genres et donne un résultat très satisfaisant. L’intrigue est bien ficelée et on accroche très rapidement au personnage principal, Nathaniel. Le livre est long mais sa lecture est agréable et captivante, sans trop de longueurs.
Le meurtre de Marcus est assez vite résolu et le livre tourne surtout autour des questionnements de Nathaniel sur cette nouvelle existence qu’il va devoir mener, ou les péripéties auxquelles il doit faire face : les quatre ancêtres, les voyous… mais ça reste intéressant.
La focalisation sur les personnages de l’histoire n’est pas figée, on passe de Nathaniel à d’autres comme Daisy, Gérald et surtout Francis. Ce dernier, au rang beaucoup moins prestigieux a un rôle essentiel dans Voraces et permet un double regard sur la lecture de certains événements car Francis travaille chez les Wildenstern.
La famille Wildenstern est une famille sans pareil qui aura tôt fait de nous embarquer dans une histoire familiale complexe, riche et dense, prometteuse pour la suite. L’histoire et la psychologie sont fouillés, se sont tous les rouages des Wildenstern qui sont décryptés dans les moindres détails.

Lien pour marque-pages : Permaliens.