Shanoe de Lorris Murail

Age : 15 ans et +
Éditeur :  Scrinéo (2014)
340 pages

Note : 2 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Louise est électrosensible et de ce fait, le monde moderne provoque chez elle de nombreux maux. Son père décide de s’installer avec elle et sa femme au Château du Ruet, un endroit reculé où les ondes ne passent pas. Loin de tout, Louise est bientôt rattrapée par l’histoire étrange du château où des événements sanglants se sont produits…Réalité et Imaginaire se mêlent et sèment la confusion…

Lorsque j’ai commencé ma lecture de Shanoé j’étais plutôt emballée par le sujet de l’histoire avec cette jeune adolescente qui, de par son électrosensibilité, doit vivre notre époque moderne comme si elle vivait au Moyen-Âge et est rattrapée par l’histoire mystérieuse et un brin fantastique de son nouveau lieu de vie. Je trouvais cette héroïne pleine de promesses et sentais qu’on allait vivre des moments singuliers.
J’étais aussi séduite par le père de Louise et le ton que Lorris Murail adopte pour nous décrire ce bonhomme sympathique mais dépassé par les événements, qui a bien du mal à se faire au Château du Ruet, au transfert de son agence de stars de Paris à Soumillac ( Soumillac !!!!) et à la coupure avec les technologies actuelles. C’était amusant de le voir se dépatouiller bon gré, mal gré avec ce quotidien chamboulé où ni sa fille, si sa femme n’ont beaucoup de compassion pour ce qu’il semble endurer.
J’aimais bien l’ambiance du livre, l’histoire du Château du Ruet, le mystère de son passé, et même ce narrateur extérieur, qu’on pourrait prendre pour Lorris Murail ( car le narrateur est un auteur), mais qui n’est finalement pas lui.
Oui, vraiment j’étais bien à lire Shanoé, j’étais dedans, j’étais amusée, intriguée, intéressée, étonnée et j’avais envie de mener mon petit bout de chemin avec cette famille là.
Seulement, j’ai au final été un peu déçue par Shanoé. En effet, j’ai attendu tout au long de ma lecture une action qui ne venait pas vraiment. En fait, j’ignore si le problème vient du résumé ou non, mais le récit de Lorris Murail n’était pas du tout tel que je me l’étais imaginé. Je pensais avoir un roman où le fantastique, le mystère du passé du château du Ruet, et les événements troublants qui se produisent autour de Louise, prendraient de la place dans le récit. En réalité, on se concentre beaucoup sur le père ( personnage sympathique bien sûr et source de beaucoup de moments amusants), sur l’installation au château ( et les réparations, découvertes qui y sont faites) puis plus tard sur le passage d’un réalisateur obscur (LaMarcus Grant) au château. Je n’ai pas bien saisit la place de tous ces événements. Pire encore, j’ai eu l’impression que Louise était un personnage secondaire. Bien qu’on parle beaucoup d’elle, on la voit peut agir. Du coup, ça m’a un peu déstabilisée.
Il est clair pour moi que c’est un texte qui s’adresse plus à un public adulte, qu’à un public d’adolescents en quête d’un récit fantastique avec une héroïne très présente.
Là est peut-être tout le problème car le livre n’est pas du tout inintéressant et est fort bien écrit. Il m’a même globalement captivée, seulement j’aurais du mal à le recommander à des ados, car c’est très loin, selon moi, de ce qu’ils pourraient attendre de cette lecture après avoir lu le résumé de Shanoé.

En quelques mots :

Bien écrit, recelant de passages cocasse et mettant en scène des personnages qui ont tous un côté attachant, Shanoé nous plonge dans le mystère d’un vieux château au sombre passé. On se passionnera pour la découverte de cet étrange environnement, pour les petites aventures quotidiennes du père et pour le passé du château du Ruet. Par contre, on regrettera la présence trop diffuse de Louise, pourtant censée être le personnage principal, la présence moins spectaculaire qu’espérée du fantastique et un certain manque de rebondissements. Un livre que je conseillerais plus à un public de jeunes adultes – adultes, qu’à des adolescents.

Lien pour marque-pages : Permaliens.