Si tu meurs, elle reviendra de Maud Tabachnik

Age : 15 ans et +
Éditeur : Flammarion jeunesse : Tribal (2014)
190 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Lorsque leur fille unique est fauchée par une voiture alors qu’elle revient d’un séjour à l’étranger pour ses études, les O’Mara sont désespérés. Le père, Francis, décide alors de partir à la recherche du coupable qui s’est lâchement enfui. Quelques indices, quelques copains et peut-être au bout de la quête, une réponse, une vengeance.

Si tu meurs, elle reviendra est un drame familial qui prend forme en Ecosse. Le drame est banal, malheureusement, vécu par de nombreuses familles : la mort d’un enfant parce qu’il a été renversé par un chauffard qui s’est enfui sans se retourner. Commence alors pour les O’Mara, et en particulier pour le père, Francis, un long travail de deuil qui ne semble pouvoir se faire que par la vengeance.
Dans Si tu meurs, elle reviendra nous assistons donc à ce drame puis à l’enquête de Francis qui le guidera jusqu’à la mer, sur les bateaux où on extrait le pétrole.
Ce que j’ai le plus aimé dans Si tu meurs, elle reviendra, c’est l’ambiance de ce roman. On plonge tout de suite dans l’univers de l’Ecosse profonde, en pleine campagne. Plus tard c’est le parcours de Francis qui nous tient en haleine. On veut voir comment avec quelques amis et notamment le parrain de sa fille qui a quelques bonnes relations, Francis va faire pour mener son enquête malgré les maigres indices qu’il possède.
J’ai trouvé que Si tu meurs, elle reviendra nous plongeait dans une histoire qui aurait pu devenir un film intimiste sur la relation d’un père et sa fille, sur le deuil et la vengeance. En effet, l’écriture de Maud Tabachnik est très visuelle.
J’ai bien aimé aussi les rencontres avec les autres personnages et notamment le patron d’une entreprise qui exploite le pétrole en Ecosse. Chaque personnage, même secondaire, est finement décrit et doté de sa personnalité, sans doute parce qu’il y en a très peu dans cette histoire qui tient plus au huis clos à ciel ouvert.
La fin m’a un peu étonnée et surprise mais je dois cependant reconnaître qu’elle m’a aussi un peu déçue car j’ai trouvé que le « heureux hasard » était trop flagrant. Du coup, ça manque un peu de crédibilité sur l’avancée de l’enquête et c’est aussi un sentiment que j’ai eu tout au long de ma lecture. En effet, c’était parfois trop « facile » ce qui manquait à mon avis de réalisme.
Néanmoins, Si tu meurs, elle reviendra est un roman dramatique et un polar intéressant à découvrir.

Lien pour marque-pages : Permaliens.