Tugdual, T1 : Les Coeurs noirs d’Anne Plichota et Cendrine Wolf

Age :  15 ans et +
Éditeur : XO éditions : roman jeunesse (2014)
400 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Tugdual, Mortimer et Zoé sont atteints d’un étrange mal : ils exercent malgré eux une attraction irrésistible sur les autres. Une attraction mortelle pour ceux qui la subissent.
Un bracelet, conçu par leur grand-père Abakoum, parvient en partie à limiter les effets de ce mal le jour. Tugdual, Zoé et Mortimer peuvent ainsi mener une existence quasiment normale d’adolescents…
Mais l’amour n’est pas toujours quelque chose que l’on peut contrôler…

Tugdual est la nouvelle saga des auteurs d’Oksa Pollock : Anne Plichota et Cendrine Wolf. Une saga qui a rencontré un vif succès mais que je n’ai jamais lu. Si Tugdual fait quelques allusions à Oksa Pollock ( le personnage apparaissant déjà dans cette saga), il ne sera pas nécessaire d’avoir lu la série pour comprendre cette histoire totalement à part.

Le pitch de ce roman m’a tout de suite attirée. J’aimais bien l’idée d’avoir des héros qui ne pouvaient pas aimer sans tuer la personne désirée. Évidemment, on se doute bien que des adolescents, même conscients de cette menace, ne vont pas résister et jouer avec les limites. Le roman met bien en scène les contradictions de chaque personnage (Tugdual, Zoé et Mortimer) entre leurs désirs et la raison.

Mais Les coeurs noirs est loin d’être un roman futile où il n’est question que de problèmes d’amour. Le roman pose aussi les bases d’une trame plus complexe et riche. Une histoire dans laquelle une organisation est au courant du mal qui les ronge et va vouloir les rallier à leur cause : celle de la défense des plus faibles.
J’ai ainsi bien aimé les passages où, d’eux mêmes, Tugdual, Zoé et Mortimer mettent en place une vengeance pour rendre honneur à des victimes. L’action y était plus intense que dans le reste du roman.

L’intrigue dans ce premier tome de la série Tugdual monte crescendo. On se laisse petit à petit prendre par le fil de l’histoire. L’action manque parfois et il y a quelques longueurs, certes, mais on ne parvient pas vraiment à décrocher du roman. On a toujours envie de continuer de lire ce livre, chapitre après chapitre, dans l’attente de voir comment le récit va évoluer. Une envie surtout due à notre intérêt pour la personnalité des trois personnages principaux : Tugdual, Mortimer et Zoé, Anne Plichota et Cendrine Wolf ayant parfaitement réussi à nous les rendre attachants et crédibles. On ressent ainsi très facilement les différentes phases par lesquelles ils passent et on est curieux de voir de quelle manière les choses vont évoluer pour eux.
Quelques scènes dynamiques et rebondissements bien placés complètent l’ensemble pour nous tenir d’un bout à l’autre, en haleine. A la fin, on se surprend à avoir envie de plonger rapidement dans la suite.

En quelques mots :

Tugdual ne sera pas un inconnu pour les lecteurs d’Oksa Pollock mais il n’est pas nécessaire d’avoir lu la précédent saga d’Anne Plichota et Cendrine Wolf pour découvrir l’étonnante histoire de Tugdual, Zoé et Mortimer.
Ces adolescents rongés par un mal qui les condamne à tuer tout ceux qu’ils embrassent vont vite nous attirer et on va se laisser prendre, petit à petit, par l’intrigue de Les Coeurs noirs. Si ce premier tome souffre parfois de quelques longueurs, l’ensemble est plutôt addictif et captivant. On a surtout hâte de découvrir comment Tugdual, Zoé et Mortimer vont pouvoir se libérer de leur malédiction et quelles sont les intentions de l’organisation qui a décidé de les aider..

Vidéo :

Lien pour marque-pages : Permaliens.