L’Ecole des mauvais méchants, complot n°2 de Stéphanie S. Sanders

Age : 9 – 12 ans
Éditeur :  Nathan jeunesse (2014)
250 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Rune est un élève de l’école des mauvais méchants, une école qui remet sur le droit chemin les enfants trop gentils des vrais méchants. Cette fois-ci, Rune va devoir déjouer avec ses amis un complot au coeur même de l’école et découvrir un secret de famille…

Je gardais du premier tome de L’école des mauvais méchants un bon souvenir. Embarqué dans une aventure loufoque où les héros sont des « méchants », le lecteur passait avec ces derniers, un moment agréable à lire les différentes péripéties de l’histoire.
Dans ce complot n°2 de L’école des mauvais méchant, nous retrouvons avec bonheur Rune et ses acolytes Loup, Jezebel et Ileana. Ils vont tous les quatre devoir déjouer un complot au sein de l’école et visant notamment le père de Rune, le directeur Obscuro… Dans ce cadre là, ils seront notamment confrontés à l’école des … Héros !
Stéphanie S. Sanders reprend tous les ingrédients qui ont fonctionné dans le premier tome de L’école des mauvais méchants : des personnages sympathiques, une aventure riche en rebondissements et un peu surréaliste, des méchants caricaturaux, une ambiance « bon enfant » et beaucoup d’humour. C’est sympa, ça change de d’habitude et ça forme un ensemble savoureux et drôle. On passe ainsi un bon moment même si le style d’écriture n’est pas révolutionnaire et l’histoire un peu prévisible. Les jeunes ados seront ravis et conquis par ce deuxième tome de la série, écrit dans le même esprit que le premier.

En quelques mots :

Le retour de Rune et sa petite bande au sein de l’école des mauvais méchants. Un complot à déjouer et des « héros » à combattre pour sauver le directeur de l’école. L’affaire n’est pas banale. Un roman qui mélange avec habileté humour et action pour créer un cocktail savoureux et drôle. Un point de départ original pour cette série sympa qui accrochera le jeune public.

Lien pour marque-pages : Permaliens.