Sérum, saison 1 – épisode 2 d’Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza

Age : 15 ans et +
Éditeur :  J’ai lu (2012)
220 pages

Note : 5 out of 5 stars

Acheter en ligne : 

Emily Scott n’a toujours par retrouvé la mémoire et malgré les recherches, Lola Gallagher a du mal à trouver la réponse à cette étrange histoire. Alors que la détective n’est pas d’accord, Arthur Draken décide de tester sur Emily Scott le Sérum afin de lui permettre de retrouver des souvenirs…grâce à ce processus quelques éléments intéressants émergent…mais la police agira t-elle à temps ?

Déjà conquise par le premier tome de Sérum, le second a été encore plus passionnant. Je l’ai lu d’un coup, incapable de lâcher ce poche de 220 pages qui de chapitre chapitre nous tient en haleine par un suspense toujours plus insoutenable. Autant le dire tout de suite, patienter jusqu’au tome 3 de Sérum relève du drame (enfin ça sera vraiment très difficile…).
Dans ce second tome de Sérum, Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza entrent dans le vif de l’intrigue et l’histoire progresse à grand pas pour notre plus grand bonheur. On voit ainsi Emily Scott, la jeune amnésique avoir de curieux rêves grâce au Sérum, qui une fois décryptés par Arthur Draken vont mener Lola Gallagher sur de nouvelles pistes…et nous captiver un peu plus.
Quelques petits mystères apparaissent aussi autour des autres personnages. En effet, les personnages sont de plus en plus travaillés et fouillés. Lola est une détective au passé flou que Détroit, son collègue de travail cherche à connaître, Arthur Draken est un psychiatre « cash », aux étranges lubies et le frère de Lola n’a peut-être pas aussi peu d’importance que ça dans l’histoire…ça sent les révélations à venir car c’est vrai qu’il reste encore quatre tomes pour que la première enquête de Sérum s’achève : les rebondissements vont pleuvoir !
Les mystérieux hommes en noir et celui que l’on surnomme « le docteur » font également leur retour dans ce second tome de Sérum…pour le moment on ne cerne pas exactement à quoi servent leurs expériences mais elles sont terrifiantes !
Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza ont vraiment pensé leur série de façon ingénieuse en mêlant les histoires, en tirant plusieurs fils à la fois et en laissant le lecteur attendre la suite pour en savoir plus…les séries policières américaines n’auraient pas fait mieux ! Sans compter les flash codes, toujours présents, qui font de ce livre un livre interactif et dynamique, loin d’être comme les autres.

Lien pour marque-pages : Permaliens.