Geek Girl, T1 d’Holly Smale

Age : 12 – 15 ans
Éditeur : Nathan jeunesse (2014)
400 pages

Note : 3 out of 5 stars

Acheter en ligne :

Harriet Manners, jeune anglaise de 15 ans se décrirait plus comme une geek que comme une mannequin. Pourtant, le jour où elle accompagne sa Pire Pote : Nat, à un salon de la mode, c’est elle qui est repéré par un agent : Wilbur.
Dés lors, les événements s’enchaînent et emmènent Harriet dans un monde totalement inconnu qui mettra ses liens familiaux et amicaux à rude épreuve.

Après lecture de ce premier tome de Geek Girl signé Holly Smale, j’ai un avis mitigé.
J’ai bien aimé le côté frais, dynamique et le regard d’Harriet sur ce qui lui arrive. L’héroïne est sympa et le lecteur qui n’est pas un fana de la mode se retrouvera bien dans les différentes péripéties qui lui tombent dessus comme par magie. Elle fait avec et se laisse porter par les événements, ce qui entraîne souvent une série de mésaventures assez drôles à lire. De ce point de vue, Geek girl est un roman rafraichissant, qui rappelle les romans de Meg Cabot et autres textes 100% chick-lit qu’affectionnent les filles de 13-15 ans.
Mais Geek girl souffre aussi de quelques faiblesses. La première d’entre elle, c’est le manque de réalisme de cette histoire. Même si Holly Smale s’inspire de sa propre expérience du mannequinat, on a un peu de mal à croire qu’une fille qui se trimballe avec un look de seconde zone, qui ne prend pas soin de son apparence et est une véritable Ugly Betty dans son bahut, passe pour les yeux d’un agent de mannequins comme l’égérie d’une grande marque. On a aussi du mal à croire que tout ceci puisse se passer en moins d’une semaine…Pour moi, c’est un peu bercer le lecteur (les lectrices surtout) de douces illusions…A moins d’envisager Geek girl comme un conte de fées…
Geek girl reste un roman assez superficiel, qui raconte le quotidien de notre héroïne et surtout les multiples catastrophes qu’elle provoque. Le récit part un peu dans tous les sens et aborde différentes thématiques comme la mode, la beauté, l’amitié, la famille recomposée, le mensonge… pour montrer le bouleversement de la vie d’Harriet.
Geek girl n’est donc pas pour moi un coup de coeur mais il a aussi quelques bons côtés qui séduiront les adolescentes qui aiment les histoires légères et sympathiques. Le texte est facile à lire et distrayant. Un bon roman pour l’été et pour se détendre. Reste que je me demande l’utilité d’une suite ( trois tomes sortis pour le moment en anglais) mais on verra bien !

Lien pour marque-pages : Permaliens.