L’Ecole des rêves, T1 : La promotion Neptune de Paul Ivoire

Age :  9 – 12 ans
Éditeur : Poulpe fictions ( 2020 )
180 pages

Note : 4 out of 5 stars

Acheter en ligne :

À dix ans, le jeune Kimlan fait son entrée dans la prestigieuse école des rêves. Il y découvre les combats d’Imagination, les voyages à travers les tableaux, et fait la rencontre de drôles de créatures. Son but : obtenir sa première comète afin de rejoindre l’incroyable Atelier des Mille et un Songes.

Un premier tome prometteur et sympathique qui nous plonge dans une école où les jeunes héros doivent apprendre à créer et analyser rêves et cauchemars. L’idée n’est pas très lointaine d’un univers comme celui d’Harry Potter, on en conviendra, mais se veut aussi encore plus accessible que ce titre phare de la littérature jeunesse. Moins épais, facile à lire, porté par une histoire efficace, enrichi de nombreuses et belles illustrations, L’Ecole des rêves de Paul Ivoire nous plonge donc dans le quotidien d’une école peu banale et constituera une belle première découverte de l’univers merveilleux.

Le personnage principal, Kimlam est un jeune héros attachant. Loin d’être premier de sa classe, il est ainsi confronté à des difficultés dans son apprentissage. C’est un personnage auquel on s’identifiera sans peine car les épreuves vécues par Kimlan ne sont pas si éloignées des difficultés que les jeunes lecteurs peuvent rencontrer : l’arrivée dans une nouvelle école, se faire des amis, la peur de l’échec, les camarades pas toujours bienveillants…Les personnages secondaires sont aussi multiples. J’ai bien aimé l’évolution de certains d’entre eux car Paul Ivoire démontre que personne n’est jamais tout blanc ou tout noir…

L’histoire est entraînante mais je lui reprocherai tout de même son caractère trop descriptif au début, au détriment de l’action. De jeunes lecteurs peuvent être un peu rebutés par ce manque d’action au début car Paul Ivoire décrit énormément les cours. Mais les chapitres courts permettent de donner un peu de rythme au récit. A partir de la moitié de ce premier tome de L’Ecole des rêves, c’est plus dynamique. J’espère donc que Paul Ivoire poursuivra sa série sur cette lancée plus rythmée.

Lien pour marque-pages : Permaliens.